Ne ratez pas
Accueil / Ciné/Séries / Cinéma / Critiques de films / Deadpool : la critique du film

Deadpool : la critique du film

Deadpool ou plutôt Deadcool ?

deadpool

Deadpool (2016), de Tim Miller, avec Ryan Reynolds, Morena Baccarin, Ed Skrein, Gina Carano interdit au moins de 12 ans

Cet anti super héros psychopathe serial killer au costume rouge armé de sabres de samouraï qui s’adresse directement à ses lecteurs, ne vous dit rien ? Pourtant vous allez en entendre parler.

Mais ce qui résume le mieux Deadpool, c’est le geste préféré du tueur au costume rouge : le doigt d’honneur. Ryan Reynolds, l’acteur principal, Tim Miller, qui réalise là son premier long métrage, et les scénaristes Rhett Reese et Paul Wernick, auteurs du jouissif Bienvenue à Zombieland, doivent avoir des crampes à force d’avoir dressé leur majeur. Liam Neeson, Wolverine, Green Lantern, les X-Men, Reynolds lui-même, les spectateurs (auxquels Deadpool s’adresse directement puisqu’il est conscient d’être dans un film) etc. : tous ont droit à un doigt en l’air. Même le générique d’intro est une belle parodie des génériques de fin des Avengers. La Fox a lâché la laisse de son équipe pour permettre à ce film de respecter son personnage principal, trash à souhait, et l’interdiction aux moins de 12 ans, justifiée, est là pour le rappeler.

deadpool poster

En bon sale gosse capable d’autorégénération, Deadpool vanne, insulte, tabasse, mutile, massacre à foison, et trouve encore le temps de flatter son entrejambe. On est bien loin du côté boyscout des X-Men, l’autre licence Marvel appartenant à la Fox, même si Deadpool frappe à leur porte pour demander de l’aide, comme boulet de voisin qui vous demande de l’aider à déménager. L’intrigue navigue en eaux peu profondes, mais chaque scène est calibrée pour permettre à Ryan Reynolds de montrer qu’il est vraiment attaché à son alter ego. L’incident de parcours Green Lantern est pardonné, du moins en ce qui concerne l’acteur. D’ailleurs, Deadpool fonctionne un peu comme une piqûre de rappel pour tous les studios avides d’adapter des personnages de comics : il faut un vrai parti pris pour que la sauce prenne. Plutôt qu’à Deadpool 2, déjà dans les tuyaux, on se prend alors à rêver à une adaptation aussi fidèle de Wolverine. Et les clients potentiels sont nombreux : Dents de Sabre, X-23, Venom, le Punisher, Lobo… Film d’action à l’humour irrévérencieux, Deadpool a un ton vraiment différent des habituelles productions, et ça marche.

Deadpool ou plutôt Deadcool ? Deadpool (2016), de Tim Miller, avec Ryan Reynolds, Morena Baccarin, Ed Skrein, Gina Carano interdit au moins de 12 ans Cet anti super héros psychopathe serial killer au costume rouge armé de sabres de samouraï qui s'adresse directement à ses lecteurs, ne vous dit rien ? Pourtant vous allez en entendre parler. Mais ce qui résume le mieux Deadpool, c'est le geste préféré du tueur au costume rouge : le doigt d’honneur. Ryan Reynolds, l’acteur principal, Tim Miller, qui réalise là son premier long métrage, et les scénaristes Rhett Reese et Paul Wernick, auteurs du jouissif Bienvenue à Zombieland, doivent…

Passage en revue

Notre note

A voir absolument !

Résumé : Pour ce premier volet, Deadpool réussit le pari de l'adaptation au cinéma. Vulgaire à souhaits, ce film respecte avec justesse la version papier Comics. C'est assez rare pour être noté.

Note de l'utilisateur 4.5 ( 1 votes)

À propos admin6499

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*